Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Budget communal 2011 : une année de transition

Publié le par Sébastien Miossec

Hier, le Conseil municipal a adopté le budget 2011 de la commune. Une séance dense mais essentielle de l’année municipale tant le budget dresse la feuille de route de l’année en cours.

Ce budget a été plus difficile à finaliser que celui des années passées. La faute principalement aux recettes qui n’augmentent plus car le Gouvernement a « coupé de robinet » des dotations versées aux communes. Pour Riec sur Bélon, se sont environ 20 000 euros qui vont manquer à l’appel ! De l’autre côté, les dépenses n’ont pas tendance à diminuer, même si nous décidons de ne rien faire de plus. Comme les ménages, nous sommes impacté par la hausse des carburants, des frais de téléphonie et d’internet… du coût de la vie tout simplement.

Tenant compte de ce contexte, la majorité municipale a bâti le budget selon plusieurs axes :

    - Stabilité des dépenses de fonctionnement courantes (1 150 000 euros ; -0.03%), mais celle-ci est notamment conditionnée par exemple par le sens civique des usagers des bâtiments publics (consommations d’eau ou d’électricité…) et par une gestion au plus près des dépenses de fonctionnement des services municipaux

    - Légère baisse des dépenses de personnel (1 387 000 euros ; -1.2%) en reportant un recrutement prévu initialement et en escomptant une baisse des besoins en personnel de remplacement

    - Augmentation de l’autofinancement (550 000 euros ; +13%) afin de ne pas fragiliser la situation financière de la section d’investissement

    - Augmentation raisonnée des impôts pour compenser la baisse relative des dotations de l’Etat : hausse des taux d’un peu plus de 3% soit 6 à 7 euros par habitant en plus (taxe d’habitation et taxe sur le foncier bâti)

Je sais d’avance que ce choix d’augmentation des impôts sera critiqué par certains, même si ce point n’a pas fait l’objet d’un grand débat en Conseil municipal. Cette proposition, je ne l’ai pas faite avec légèreté. Le contexte n’est pas simple et la crise économique et sociale impacte la vie quotidienne des Riécois. Mais garantir le maintien et la qualité des services publics est aussi un enjeu dans cette période difficile, car ceux-ci protègent d’abord les plus en difficulté.

Rappelons aussi que malgré cette légère hausse, les Riécois paieront en 2011 toujours bien moins d’impôt que dans les communes comparables, qui offrent des services du même niveau. Par exemple, un Elliantais paye 4% de moins d’impôts communaux qu’un Riécois mais un Bannalecois 7 ou 8% de plus, un Scaërois 12% de plus et un Névezien quasiment 60% de plus, soit tout de même 130€ de plus par an qu’un Riécois ! Je fais ces comparaisons non pas pour dire « Y-a-qu’à augmenter fortement les impôts ! », mais pour rappeler que sans impôt, pas de service offert à la population.

Côté investissement, le budget 2011 marque une pause après 5 années de fort investissement. Elle va permettre de clore financièrement les chantiers terminés l’an dernier et de préparer les futures opérations que j’ai déjà eu l’occasion de citer et sur lesquelles je ne manquerai pas de revenir : étendre l’assainissement collectif, apporter des réponses au vieillissement, mener à bien le dossier « salle festive » qui pourrait prendre place dans le cœur de bourg, accompagner l’urbanisation future une fois le nouveau PLU adopté…

Commenter cet article