Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vous avez dit normal ?

Publié le par Sébastien Miossec

F-Hollande-et-B-Poignant.jpgCi-dessous, une contribution très intéressante de Bernard Poignant que je me permets de reproduire sur mon blog, avec en illustration, une photo de François Hollande et Bernard Poignant lors d'un déplacement commun à Berlin le 8 mai dernier.

 

François Hollande a parlé de « Présidence normale ». Hervé Morin a déclaré su I-Télé le 8 mai dernier que « les Français veulent un pouvoir sobre ». Nicolas Hulot et un collectif d’associations annoncent un pacte civique pour 2012 autour de quatre impératifs : « créativité, sobriété, justice, fraternité ». Dans son livre « Arrêtez de mépriser les Français » (Flammarion), le même Hervé Morin parle de Nicolas Sarkozy comme d’un « petit gamin capricieux ». Excusez du peu. C’est quand même l’ancien Ministre de la Défense qui décrit ainsi le Chef des Armées françaises ! Il y a donc bien un problème quelque part. Les mots ne sont pas les mêmes. Ils expriment un sentiment partagé.

Qu’est-ce qu’un Président normal ? Il ne s’agit pas d’un Président banal. Une personne exceptionnelle peut exercer une Présidence normale. Même une personne excentrique pourrait le faire. Charles de Gaulle et François Mitterrand étaient d’exception. Ils présidaient normalement. Quels critères retenir pour définir cette notion que François Hollande a été le premier à évoquer. Si l’expression a été reprise et est passée dans l’opinion, c’est qu’elle correspond à une réalité constatée ou au moins ressentie.

Un Président normal respecte son gouvernement et n’emploie pas le mot de « collaborateur » pour son Premier Ministre. Il ne cherche pas à s’occuper de tout, à être partout, au four et au moulin, à parler de tout et tout le temps. Il doit savoir se réserver, même se ménager. Un Président normal respecte le Parlement dans ses prérogatives. Quand une majorité de députés a voté un amendement qui lui déplaît, il ne convoque pas à l’Elysée les députés de la majorité pour les faire changer d’avis.

Un Président normal n’emploie pas de « gros mots ». Il n’adresse pas des paroles agressives à un marin-pêcheur et déplacées à un agriculteur. La phrase d’Albert Camus doit s’appliquer à tous, à lui en particulier : « L’homme civilisé est celui qui se retient ». Un Président normal ne prend pas à témoin la France entière de sa vie privée, de ses sentiments conjugaux. On ne doit pas entendre dans une conférence de presse : « Avec unetelle, c’est du sérieux ! », mais plutôt : « Avec les Français, c’est du solide ! ».

Un Président normal ne va pas assister aux réunions des instances de son parti. C’est la place du Premier Ministre et des membres du Gouvernement. S’il est élu par une majorité d’électeurs après une confrontation devant le suffrage universel, il devient immédiatement le « Président de tous les Français ». C’est une expression que l’on n’entend plus depuis quatre ans. Preuve d’une a-normalité !

Un Président normal n’annonce pas un projet de loi à chaque fois qu’il regarde le journal télévisé de 20 heures. Comme chaque être humain, il a ses passions, ses émotions, ses joies, ses douleurs. Mais il doit prendre de la distance car il doit rassurer et non inquiéter les Français. Jacques Chirac a dit un jour à propos des affaires étrangères : « On ne fait pas de la diplomatie en regardant la télévision ». L’actuel Président ferait bien de s’en inspirer pour les affaires intérieures.

Un Président normal doit sans arrêt répéter qu’il est là pour préserver la cohésion nationale et garantir la cohésion sociale. Son rôle n’est pas d’aiguiser les tensions entre catégories de Français, ou avec les étrangers, d’opposer les uns aux autres en pensant en tirer un profit électoral.

Un Président normal respecte ses partenaires européens. Car s’il y a des grands et des petits pays, il n’y a pas de grands et de petits peuples. Si l’actuel Président n’avait pas exclu, dès son arrivée, l’Allemagne du projet d’Union pour la Méditerranée, le couple marcherait mieux aujourd’hui, car le soupçon de « cavalier seul » a été instillé.

Un Président normal c’est quelqu’un qui, à peine arrivé, ne s’augmente pas fortement et ne donne pas ainsi aux Français le message que l’argent est le premier objectif de la vie. Il représente les pauvres et les riches, les actifs et les inactifs, les travailleurs et les rentiers. La politique n’est pas la même pour les uns et pour les autres, selon que le Président est issu des rangs de la Gauche ou de la Droite. Les Français ont besoin d’avoir de l’argent, surtout les plus fragiles. Mais l’Histoire du Peuple français n’a pas l’argent comme moteur.

Présidence de normalité, de simplicité, de sobriété, de sérénité, d’humanité, c’est ce que probablement souhaitent les Français. Il y a les projets, les programmes, les propositions, les promesses, mais aussi la façon de les incarner et de les faire vivre.

Commenter cet article